Dans un pamphlet brutal et mordant écrit en 1729, Jonathan Swift trempe sa plume dans la sauce horreur, pour mieux dénoncer la dégradation sociale de son pays, l’Irlande. Il se livre à de doctes calculs sur la pauvreté, dans l’intention de fustiger la tendance des économistes de son époque à réduire les humains en données chiffrées dans un esprit purement mercantile.

Ce texte figure au premier chapitre de l’Anthologie de l’humour noir d’André Breton qui en désigne Swift « comme le véritable initiateur ». Cette satire évoque avec détachement et amusement, mais aussi avec le plus grand sérieux, les choses les plus horribles et contraires à la morale en usage, semant le désordre dans le système de pensée du lecteur et y instillant le doute… Peut-on manger des enfants pour lutter contre la pauvreté ?

Pit Goedert rafraîchit le propos sous un éclairage contemporain.

Un duo incongru entre un conférencier illuminé et son accompagnateur, organiste inspiré. Prêcheurs, possédés, embrasés, ils exhortent le public à renouer avec l’anthropophagie comme pratique sociale et généreuse. Au nom d’un humanisme passionné, ils se sont donnés pour mission d’emporter le public à leur cause… jusqu’à l’exagération. Mais trop est-ce assez pour faire accepter le cannibalisme envers des enfants comme solution écologique et durable, permettant d’éradiquer la pauvreté et la misère, pour le bien de tous ?

 

Une satire sociale abrasive à l’humour mordant ! Ça saigne !

Une pièce conférencière d’après un texte de Jonathan Swif – Traduit, adapté à son époque et interprété par Pit Goedert – Musique originale jouée à l’orgue Hammond par Charlie O.

Mise en scène Yves Fravega – Lumières Jules Bourret

Avec la précieuse collaboration de Marie Vayssière

 

Une production L’Art de Vivre, coproduite par Bonlieu Scène Nationale Annecy, avec le soutien du Daki Ling, des Rencontres de la Haute Romanche et du Théâtre Joliette-Minoterie.

L’Art de Vivre est soutenue par la DRAC, la Région Provence Alpes Côte d’Azur, le Conseil Départemental des Bouches du Rhône et la Ville de Marseille.

 

Le spectacle était :

Galerie SLIKA – Lyon du 16 au 24 janvier 2016
Rencontres de la Haute Romanche – Villar d’Arène 1er juillet 2015
Au Daki Ling, jardin des Muses
Marseille les 4 et 5 juin 2015